Prince de Bretagne : Un nouveau rapport Développement Durable-RSE* sur la table

Le nouveau rapport d'Activité et de Responsabilité Sociétale et Environnementale Prince de Bretagne, vient réaffirmer les engagements des maraîchers qui célèbrent cette année les 50 ans de leur marque collective. Bâti sur les 10 engagements Développement Durable établis par les maraîchers en 2018, ce rapport présente les ambitions et plans d’actions mis en œuvre, appuyés par des indicateurs chiffrés. Pour cette édition 2020, 3 engagements ont été priorisés : renforcer notre démarche d’agroécologie, contribuer au développement de l’agriculture biologique et limiter l’impact de nos emballages.

L'intégralité du rapport d'Activité et de Responsabilité Sociétale et Environnementale Prince de Bretagne 2020 en pièce jointe ou à télécharger ici

Quand les maraîchers décident collectivement de leurs ambitions sociales et environnementales

En 2019, des groupes de travail ont été formés pour les 3 engagements de la charte retenus comme prioritaires. Ces groupes étaient constitués d’un maraîcher et d’un salarié membre du comité de pilotage développement durable, de maraîchers des 3 départements bretons membres du Cerafel et de collaborateurs salariés travaillant en lien avec le contenu de l’engagement. Le cabinet de conseil en développement durable Transition était également présent pour aider les participants à structurer leur réflexion et à mieux cerner les attentes sociétales.

Joseph, maraîcher bio à Cancale et impliqué dans un des groupes de travail explique : « Nous avons rarement le temps de nous poser pour réfléchir collectivement à nos engagements à moyen et à long terme. Les groupes de travail nous ont amenés à prendre du recul, à découvrir et à nous ouvrir à de nouveaux enjeux et bien sûr à partager des solutions entre producteurs et collaborateurs de l’organisation. »

Les 7 autres engagements feront l'objet d'un travail similaire en 2020 et 2021. 
 

  • Renforcer notre démarche d’agroécologie

L’agroécologie est mise en œuvre quotidiennement par les maraîchers Prince de Bretagne. Cette démarche s’appuie sur leurs échanges de bonnes pratiques et leur capacité à remettre constamment leurs certitudes en question. Quelques illustrations des actions menées par Prince de Bretagne dans le domaine de l’agroécologie :  

> La gamme « Cultivée sans Pesticides » qui compte déjà, en 3 ans d’existence, 6 légumes, cultivés en plein champ ou sous-abris : tomate, échalote traditionnelle, potimarron, brocoli, chou romanesco et chou-fleur. Avec plus de 40 000 tonnes de légumes « Cultivés sans pesticides » en 2019, Prince de Bretagne rend accessible une alimentation encore plus saine, responsable et de qualité aux consommateurs.

> La certification Haute Valeur Environnementale (HVE) qui fixe 4 axes d’exigences pour limiter l’usage des produits phytosanitaires et de la fertilisation, favoriser la biodiversité et gérer la ressource en eau de manière raisonnée. Après expérimentation sur des fermes pilotes, Prince de Bretagne s'est fixé l’ambition d’atteindre : 25 % des maraîchers plein champ et 50 % des maraîchers sous abris certifiés HVE fin 2020, 50 % des maraîchers plein champ et 100 % des maraîchers sous abris pour 2021 et 100 % des maraîchers en 2022.
 

  • Contribuer au développement de l’agriculture biologique

Lancée il y a 20 ans, la section Bio Prince de Bretagne ne cesse de se développer faisant du groupement le 1er producteur français de légumes bio avec 151 maraîchers certifiés (dont 50 % sont des jeunes agriculteurs) et 34 fermes en conversion.

Parmi les ambitions fixées en 2019 : rendre accessible au plus grand nombre de consommateurs les légumes frais bio et français. L’épisode de crise sanitaire de ce début d’année et le plébiscite des produits bio qui a été constaté donnent raison et encouragent le développement de cette section. En 2020, les maraîchers bio Prince de Bretagne prévoient de récolter 30 000 tonnes de légumes bio et visent les 40 000 tonnes en 2021La gamme de 48 variétés de légumes frais en 2019 s'est élargie à 60 en 2020.
 

  • Limiter l’impact de nos emballages

Le groupe de travail constitué en 2019 sur cet engagement avait pour objectif de fixer un cadre pour optimiser la gestion et la création des emballages tout en prenant en compte les spécificités des produits, les exigences sociétales et environnementales et les évolutions réglementaires. Une charte emballage a donc été définie et doit désormais être respectée par tous.

Grâce à elle, ce sont 120 tonnes de plastique qui seront économisées en 2020 par rapport à 2019**. La substitution des barquettes plastique par des barquettes carton pour les légumes bio ainsi que pour toute la gamme de tomates « Cultivées sans pesticides » font partie des exemples qui ont permis cette réduction. De la même manière, les fraises actuellement conditionnées à 100 % en barquettes plastique devraient évoluer vers des emballages 100 % carton courant 2021.

Forts de ces succès, les maraîchers Prince de Bretagne ont décidé de pérenniser ce groupe de travail emballages pour suivre le respect de ses orientations et lever les éventuelles problématiques qui pourraient se présenter.


Les travaux entrepris sur ces 3 engagements illustrent combien les principes du Développement Durable, dans leur dimension environnementale, sociale, sociétale et économique, font partie intégrante de la stratégie des maraîchers Prince de Bretagne. Une démarche illustrée par la nouvelle signature de la marque Prince de Bretagne : De nature engagés, de culture passionnés.

* Responsabilité Sociétale des Entreprises 
** 97 % des légumes vendus en vrac en 2019 - Poids du plastique dans l'ensemble des emballages : 0,87 %. 


2020-07-18 11:33
Dernières nouvelles Actualités du Jour
2020-08-10 08:55 Apple Jelly, la vidéo de Money Me
Dernières nouvelles France
aujourd'hui 01:30 L’horoscope de Rob Brezsny pour la semaine du 13 au 19 août
aujourd'hui 01:06 Princesse Anne, les trois portraits ofiiciels de ses 70 ans dévoilés
aujourd'hui 00:30 Ligue des champions : sans complexe, Lyon veut y croire
aujourd'hui 00:27 L'ONU lance une collecte de 474 millions d'euros pour le Liban
aujourd'hui 00:27 Quarantaine en Grande Bretagne : La fréquentation des ferrys a doublé au port de Calais ce vendredi
aujourd'hui 00:06 Quand le Covid-19 grippe le Brexit
aujourd'hui 00:06 Ligue des champions : le Bayern Munich se qualifie pour les demi-finales
aujourd'hui 00:06 À la une ce samedi 15 août…
aujourd'hui 00:03 Le prince Charles sur les lieux du déraillement mortel en Ecosse
aujourd'hui 23:48 Le Bayern Munich colle 8 buts au Barça et file en demi-finale !
aujourd'hui 23:33 Le Puy du Fou obtient une dérogation exceptionnelle pour accueillir 4 000 spectateurs de plus
aujourd'hui 23:33 Antiracisme : la liste de lecture anti-blanche de Sciences Po fait polémique
aujourd'hui 23:27 Ligue des champions : le Bayern écrase le Barça et se qualifie pour les demi-finales
aujourd'hui 23:24 Coronavirus : les chiffres de l’épidémie
aujourd'hui 23:24 Covid-19 : les Marseillais font la queue pour se faire tester
aujourd'hui 23:24 Covid-19 : faut-il imposer le masque en entreprise ?
aujourd'hui 23:24 La bande son de l'été : retour sur l’année 2000
aujourd'hui 23:24 Ile Maurice : du fioul s'écoule à nouveau du bateau échoué
aujourd'hui 23:24 Sécheresse : un plan d’aide pour les agriculteurs
aujourd'hui 23:24 Liban : l'aide de la France à Beyrouth
aujourd'hui 23:24 15 août : les répliques de la grotte de Lourdes
aujourd'hui 23:24 INFO FRANCEINFO. Haute-Marne : 16 tchèchènes placés en garde à vue après un appel à la vengeance contre des jeunes d'un quartier de Saint-Dizier
aujourd'hui 23:24 Niger : la France rend hommage aux victimes
aujourd'hui 23:24 Trains de nuit : Emmanuel Macron veut relancer la filière
aujourd'hui 23:24 Venezuela : 15 personnes condamnées à 24 ans de prison pour une tentative d'"invasion" armée
aujourd'hui 23:24 INFO FRANCEINFO. Haute-Marne : 16 tchèchènes placés en garde à vue après un appel à la vengeance contre des jeunes d'un quartier de Saint-Dizier
aujourd'hui 23:24 VIDÉO. Vacances : les cabanes flottantes, un mode de logement alternatif de plus en plus prisé des stations balnéaires
aujourd'hui 23:24 L'ONU lance une collecte de 474 millions d'euros pour le Liban
aujourd'hui 23:24 Ile Maurice : du fioul s'écoule à nouveau du bateau échoué
aujourd'hui 23:12 Attaque au Niger : sur la piste des terroristes
aujourd'hui 23:12 L'accord entre Israël et les Emirats arabes unis est-il vraiment "historique"?
aujourd'hui 23:12 "On ne se met plus au milieu de la route" : les forces de l'ordre de plus en plus confrontées aux refus d'obtempérer
aujourd'hui 23:09 FC Barcelone-Bayern: Munich humilie le Barça 8-2 et file en demie
hier 22:45 Rugby : le Stade toulousain reprend par une victoire, Bordeaux-Bègles aussi
hier 22:45 Meeting Herculis : un record du monde et des performances de haute-volée à la pelle
hier 22:45 Wall Street hésitante en clôture vendredi
hier 22:30 Coronavirus : des laboratoires engagent des vigiles pour se protéger de patients violents
hier 22:21 Canicule, cargo échoué...Retrouvez l'actualité de la semaine en photos
hier 22:21 Athlétisme : l'Ougandais Joshua Cheptegei bat le record du monde du 5 000 mètres
hier 22:21 Israël : un accord historique avec les Emirats arabes unis
hier 22:21 Capbreton : un requin surpris au milieu des baigneurs
hier 22:21 Attaque au Niger : une enquête difficile
hier 22:21 Humanitaire : témoignage d’une jeune Française en partance pour Haïti
hier 22:21 Aide au Liban : une assistance sous surveillance
hier 22:21 Athlétisme : l'Ougandais Joshua Cheptegei bat le record du monde du 5 000 mètres
hier 22:09 La posidonie, poumon de la Méditerranée, protégée des plaisanciers par la police des mers
hier 22:06 Trump a complètement éludé la question de ce journaliste
hier 22:00 L'Espagne tient son Puy du Fou, à la gloire de son histoire
hier 22:00 Puy du Fou : 9 000 personnes pourront assister à un spectacle 
hier 22:00 Jean de Kervasdoué - Lubrizol : punir ou réparer ?
Regardez les nouvelles du France sur Facebook